Biodiversité : comment préserver la Nature, et mieux s’en occuper ?

#1
Sur ce thème, quelles sont les forces et faiblesses de Moret-Loing-et-Orvanne au regard du développement durable, et les enjeux essentiels ?

Vous avez des idées à soumettre, des propositions à faire ? Cliquer sur la case « Répondre », en haut ou en bas de ce message, exprimez-vous, puis cliquer sur la case « Envoyer », en dessous de votre texte.


Cliquer sur l'image pour agrandir
Image

Visualiser le document PDF

Re: Biodiversité : comment préserver la Nature, et mieux s’en occuper ?

#2
Première question : Pourquoi Encore du développement urbain ? est-ce en habitations individuelle ?

Le dernier lotissement construit sur Veneux est une aberration environnementale à lui tout seul.
il a été construit en lieu et place d'une zone boisée et tout ce qu'elle contenait de bio diversité et de capacité à rafraichir l'environnement immédiat ....

Pour préserver la biodiversité il faut :
- ARRETER de déboiser à tout va, donc préempté les terrains susceptibles d’allécher les promoteurs de tout poils.
- Replanter des haies, des bois , des arbres fruitiers,
- Privilégier les plantes vivaces, voir comestibles, dans nos espaces verts communaux existants,
- Accompagner sur le terrain nos agriculteurs locaux à la transition écologique et tout ce que cela sous-tend ...
- Renseigner, informer, et former nos concitoyens ...

Re: Biodiversité : comment préserver la Nature, et mieux s’en occuper ?

#3
Permettre de fleurir les interstices sur les murs de clôture et sur les trottoirs. Vu affichettes sur des palissades en ville : "TROTTOIR FLEURI Ne pas désherber. Dans le cadre de l'action zéro pesticide menée par la ville de XX, je m'engage à ne plus utiliser de produits phytosanitaires afin de protéger l'environnement et ma santé, conformément à la charte zéro pesticides "

Re: Biodiversité : comment préserver la Nature, et mieux s’en occuper ?

#6
Si tout le monde a peu ou prou une vision du patrimoine architectural et historique autour de MLO, l'image d'un territoire exceptionnel d'un point de vue du patrimoine naturel n'est pas forcément présente dans l'esprit des gens. Très peu de monde sait sans doute que nous habitons sur un territoire avec une telle densité de ZNIEFF, d'ENS, de sites Natura... La plupart des habitants voient les loisirs associés à la forêt et aux cours d'eaux, mais n'imaginent pas la richesse exceptionnelle de ce cadre en termes de biodiversité et de milieux naturels. C'est donc une image à construire et renforcer par une politique ambitieuse de mise en valeur de ce patrimoine, son identification, sa connexion aux autres champs de la vie locale.

Il faut à tout prix éviter la banalisation de ce patrimoine notamment du côté d'Ecuelle qui sera au cœur des enjeux de développement pour les années à venir. Exiger que chaque extension sur l'habitat ou le développement économique s'accompagne d'une contrepartie environnementale forte - ex. logiques de compensation, projets de valorisation et interconnexion des sites naturels... nécessité de maintenir et organiser des corridors écologiques bien identifiables et résiliants au cours du temps.

Veiller aussi à l'intégration des espaces agricoles (très classiques) à la qualité environnementale des milieux, pour assurer la cohérence globale du territoire - > agriculture biologique, agro-écologie ...

Re: Biodiversité : comment préserver la Nature, et mieux s’en occuper ?

#8
Sur ce site http://moret-loing-et-orvanne.fr/actualites/ se trouve un lien vers une liste d’entreprises spécialisées dans l’élimination desdits nuisibles. Nombre de ces sociétés appliquent des méthodes provoquant la mort d’espèces en voie de disparition. Exemple : des chouettes et des faucons meurent d’avoir ingéré des rongeurs empoisonnés avec des raticides, les professionnels se gardant bien d’alerter sur le fait que ces produits toxiques sont véhiculés par les rongeurs pendant leurs 3 à 5 jours d’agonie. Chaque année, de nombreux chats, chiens et volailles sont ainsi empoisonnés.
Les pièges à guêpes et frelons tuent également des butineurs, espèces vitales pour la survie des écosystèmes.
Ayant cohabité l’espace d’une saison avec un nid de guêpes édifié sur un volet de ma chambre, j’affirme qu’une cohabitation respectueuse est possible et passionnante à condition de connaître les mœurs de ces insectes et de respecter des règles de vie commune.
Aussi je suggère de supprimer ce lien voire au minimum d’y adjoindre des fiches descriptives sur la vie des animaux dits nuisibles afin de dissiper des à priori dont ils sont victimes par ignorance et d’enseigner comment vivre avec voire limiter leurs populations sans destructions inutiles affectant d’autres populations en voie d’extinction.
La culture de l’éradication de ceux qui nous gênent nous a conduit à l’écocide généralisé actuel par lequel notre survie en tant qu’espèce est incertaine. N’est-il pas urgent de changer de paradigme en œuvrant au service d’un vivre ensemble sans violence ?

A Veneux, le désherbage thermique consiste à brûler au chalumeau à butane les prétendues « mauvaises herbes » sur les trottoirs. Non seulement dangereuse, cette pratique est une aberration écologique du fait qu’elle dégage du CO2 pour détruire des organismes fixateurs de CO2…
cron